Samuel Dallé


A toi, salut
Toi qui visite cet univers ,saches que tu visites mon intimité. Et c'est très inhabituel sauf ... 
Chance: Tu as ma permission ,la permission... De t'y balader, de t'y établir et d'en faire ta demeure ... Seulement donnes moi tes impressions car j'ai envie de te connaitre, de partager avec toi ...

A toi, salut

A toi, salut
Toi qui visite cet univers ,saches que tu visites mon intimité. Et c'est très inhabituel sauf ... 
Chance: Tu as ma permission ,la permission... De t'y balader, de t'y établir et d'en faire ta demeure ... Seulement donnes moi tes impressions car j'ai envie de te connaitre, de partager avec toi ...
A toi, salut


Toi qui visite cet univers ,saches que tu visites mon intimité. Et c'est très inhabituel sauf ... 
Chance: Tu as ma permission ,la permission... De t'y balader, de t'y établir et d'en faire ta demeure ... Seulement donnes moi tes impressions car j'ai envie de te connaitre, de partager avec toi ...A toi, salut

Toi qui visites cet univers, saches que tu visites mon intimité. Et c'est très inhabituel sauf ...

Chance: Tu as ma permission, la permission... De t'y balader, de t'y établir et d'en faire ta demeure ...

Seulement donne moi tes impressions car j'ai envie de te connaitre, de partager avec toi ... S. DALLE

 

Toi qui visite cet univers ,saches que tu visites mon intimité. Et c'est très inhabituel sauf ... 
Chance: Tu as ma permission ,la permission... De t'y balader, de t'y établir et d'en faire ta demeure ... Seulement donnes moi tes impressions car j'ai envie de te connaitre, de partager avec toi ...

 

Jeune adolescent passionné de dessin, Samuel Dallé, après en avoir réussi le concours d’entrée, suit pendant trois ans les cours de l'I.F.A (institut de formation artistique de ) de Mbalmayo  situé à 45 km de Yaoundé. Après un bref passage à l'université de Yaoundé en filière arts plastique et histoire de l'art, il achèvera sa formation à  l’Académie de Beaux-arts de Kinshasa en R.D.Congo. Là, sous l’enseignement et dans les ateliers de grands maîtres congolais, se forgera sa forte personnalité artistique honorée en 2012 du titre de lauréat du concours national d’art du CPS au Cameroun.
 « Je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées d'une modernité criante, les œuvres de Samuel Dallé, peintes à l’acrylique, évoquent ainsi les maux minant la société africaine telle que nous la connaissons aujourd’hui…Immigration, matérialisme, capitalisme et misère, égoïsmes et folie des grandeurs… L’être humain y semble « zombifié », dans un environnement où s’expriment et parfois s’opposent l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne. Où la communication, l’électronique, les machines, les écrans, les antennes, l’urbanité oppressante sont omniprésents. 

 

 

Artiste plasticien contemporain, Samuel Dallé est de ceux qui pensent que l’art est l’expression du vécu quotidien.
Il immortalise à coups de pinceaux incessants l’ambiance féerique des villes africaines : « je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées à forte dominance par une modernité palpable, les œuvres de Samuel Dallé s’expriment d’elles-mêmes, laissant clairement entrevoir une dualité entre l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne.
L’artiste a une palette douce, colorée harmonieusement, sur laquelle vient s’impliquer morceaux d’étoffes, papiers, journaux, comme pour intégrer l’objet utilitaire dans une harmonie féerique et équilibrée par le dessin aux contours sombres qui animent une superstructure.
Le temps de l’électronique, celui de le communication qui efface l’Homme devenant silhouette noire au profit de la couleur du temps est venu.
 
La peinture de S.Dallé interroge l’avenir de l’Homme angoissé, transformé dans l’esprit ou machines, ordinateurs, fils conducteurs sont dominants… 

 

Jeune adolescent passionné de dessin, Samuel Dallé, après en avoir réussi le concours d’entrée, suit pendant trois ans les cours de l'I.F.A (institut de formation artistique de ) de Mbalmayo  situé à 45 km de Yaoundé. Après un bref passage à l'université de Yaoundé en filière arts plastique et histoire de l'art, il achèvera sa formation à  l’Académie de Beaux-arts de Kinshasa en R.D.Congo. Là, sous l’enseignement et dans les ateliers de grands maîtres congolais, se forgera sa forte personnalité artistique honorée en 2012 du titre de lauréat du concours national d’art du CPS au Cameroun.
 « Je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées d'une modernité criante, les œuvres de Samuel Dallé, peintes à l’acrylique, évoquent ainsi les maux minant la société africaine telle que nous la connaissons aujourd’hui…Immigration, matérialisme, capitalisme et misère, égoïsmes et folie des grandeurs… L’être humain y semble « zombifié », dans un environnement où s’expriment et parfois s’opposent l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne. Où la communication, l’électronique, les machines, les écrans, les antennes, l’urbanité oppressante sont omniprésents. 

 

 

Artiste plasticien contemporain, Samuel Dallé est de ceux qui pensent que l’art est l’expression du vécu quotidien.
Il immortalise à coups de pinceaux incessants l’ambiance féerique des villes africaines : « je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées à forte dominance par une modernité palpable, les œuvres de Samuel Dallé s’expriment d’elles-mêmes, laissant clairement entrevoir une dualité entre l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne.
L’artiste a une palette douce, colorée harmonieusement, sur laquelle vient s’impliquer morceaux d’étoffes, papiers, journaux, comme pour intégrer l’objet utilitaire dans une harmonie féerique et équilibrée par le dessin aux contours sombres qui animent une superstructure.
Le temps de l’électronique, celui de le communication qui efface l’Homme devenant silhouette noire au profit de la couleur du temps est venu.
 
La peinture de S.Dallé interroge l’avenir de l’Homme angoissé, transformé dans l’esprit ou machines, ordinateurs, fils conducteurs sont dominants… 

Jeune adolescent passionné de dessin, Samuel Dallé, après en avoir réussi le concours d’entrée, suit pendant trois ans les cours de l'I.F.A (institut de formation artistique  de Mbalmayo  situé à 45 km de Yaoundé. Après un bref passage à l'université de Yaoundé en filière arts plastique et histoire de l'art, il achèvera sa formation à  l’Académie de Beaux-arts de Kinshasa en R.D.Congo. Là, sous l’enseignement et dans les ateliers de grands maîtres, se forgera sa forte personnalité artistique honorée en 2012 du titre de lauréat du concours national d’art du CPS au Cameroun.

 « Je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »

Teintées d'une modernité criante, les œuvres de Samuel Dallé, peintes à l’acrylique, évoquent ainsi les maux minant la société africaine telle que nous la connaissons aujourd’hui…Immigration, matérialisme, capitalisme et misère, égoïsmes et folie des grandeurs… L’être humain y semble « zombifié », dans un environnement où s’expriment et parfois s’opposent l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne. Un univers où la communication, l’électronique, les machines, les écrans, les antennes, l’urbanité oppressante sont omniprésents. 

Artiste plasticien contemporain, Samuel Dallé est de ceux qui pensent que l’art est l’expression du vécu quotidien.
Il immortalise à coups de pinceaux incessants l’ambiance féerique des villes africaines : « je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées à forte dominance par une modernité palpable, les œuvres de Samuel Dallé s’expriment d’elles-mêmes, laissant clairement entrevoir une dualité entre l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne.
L’artiste a une palette douce, colorée harmonieusement, sur laquelle vient s’impliquer morceaux d’étoffes, papiers, journaux, comme pour intégrer l’objet utilitaire dans une harmonie féerique et équilibrée par le dessin aux contours sombres qui animent une superstructure.
Le temps de l’électronique, celui de le communication qui efface l’Homme devenant silhouette noire au profit de la couleur du temps est venu.
 
La peinture de S.Dallé interroge l’avenir de l’Homme angoissé, transformé dans l’esprit ou machines, ordinateurs, fils conducteurs sont dominants…

 

 

 

 

Artiste plasticien contemporain, Samuel Dallé est de ceux qui pensent que l’art est l’expression du vécu quotidien.
Il immortalise à coups de pinceaux incessants l’ambiance féerique des villes africaines : « je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées à forte dominance par une modernité palpable, les œuvres de Samuel Dallé s’expriment d’elles-mêmes, laissant clairement entrevoir une dualité entre l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne.
L’artiste a une palette douce, colorée harmonieusement, sur laquelle vient s’impliquer morceaux d’étoffes, papiers, journaux, comme pour intégrer l’objet utilitaire dans une harmonie féerique et équilibrée par le dessin aux contours sombres qui animent une superstructure.
Le temps de l’électronique, celui de le communication qui efface l’Homme devenant silhouette noire au profit de la couleur du temps est venu.
 
La peinture de S.Dallé interroge l’avenir de l’Homme angoissé, transformé dans l’esprit ou machines, ordinateurs, fils conducteurs sont dominants… 
asticien contemporain, Samuel Dallé est de ceux qui pensent que l’art est l’expression du vécu quotidien.
Il immortalise à coups de pinceaux incessants l’ambiance féerique des villes africaines : « je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées à forte dominance par une modernité palpable, les œuvres de Samuel Dallé s’expriment d’elles-mêmes, laissant clairement entrevoir une dualité entre l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne.
L’artiste a une palette douce, colorée harmonieusement, sur laquelle vient s’impliquer morceaux d’étoffes, papiers, journaux, comme pour intégrer l’objet utilitaire dans une harmonie féerique et équilibrée par le dessin aux contours sombres qui animent une superstructure.
Le temps de l’électronique, celui de le communication qui efface l’Homme devenant silhouette noire au profit de la couleur du temps est venu.
 
La peinture de S.Dallé interroge l’avenir de l’Homme angoissé, transformé dans l’esprit ou machines, ordinateurs, fils conducteurs sont dominants… 

 

Artiste plasticien contemporain, Samuel Dallé est de ceux qui pensent que l’art est l’expression du vécu quotidien.
Il immortalise à coups de pinceaux incessants l’ambiance féerique des villes africaines : « je ne remets en surface que ce qui a été enfoui dans mon subconscient, distribuant aux observateurs quelques fragments de ma vie quotidienne. »
Teintées à forte dominance par une modernité palpable, les œuvres de Samuel Dallé s’expriment d’elles-mêmes, laissant clairement entrevoir une dualité entre l’Afrique campagnarde et l’Afrique moderne.
L’artiste a une palette douce, colorée harmonieusement, sur laquelle vient s’impliquer morceaux d’étoffes, papiers, journaux, comme pour intégrer l’objet utilitaire dans une harmonie féerique et équilibrée par le dessin aux contours sombres qui animent une superstructure.
Le temps de l’électronique, celui de le communication qui efface l’Homme devenant silhouette noire au profit de la couleur du temps est venu.
 
La peinture de S.Dallé interroge l’avenir de l’Homme angoissé, transformé dans l’esprit ou machines, ordinateurs, fils conducteurs sont dominants… 

EXPOSITIONS

2013

Atelier «  ouverture » à l’institut de mode et design Cheikh Anta Diop de Yaoundé.  

2012

«  From village to town ». Douala, centre d’art contemporain Doual’art avec le collectif 3kokoricos

2010

Atelier "Trans". Douala, centre d’art contemporain Doual’art

Centre culturel français François Villon de Yaoundéavec le collectif

2008

Réalisation d’une fresque de 80m sur 3m. Kinshasa avec le 3kokoricos et Arnauld Debal

« Kinshasa vue d’ici et d’ailleurs » Installation multi média au centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa entre le collectif Kabola films et le collectif 3kokoricos.

« Voyage in ».  Centre culturel français de Kinshasa avec 3kokoricos

« Face au temps ». Kinshasa, centre Carter avec 3kokoricos

2007

« Regard ». Centre Carter avec le 3kokoricos à Kinshasa.

2006

« Unité dans la paix ». Pro Crédit Bank à Kinshasa

« Under African skies ».  Sankaranka Gallery a Brooklyn New York.

2005

 Symposiums d’art avec La dynamique Congolaise des artistes plasticiens réunis (DCAPU) à Kinshasa

 2004

« Bayam salam amazone moderne ». Galerie Mis’art au Cameroun.

Résidence atelier à la galerie Africréa à Yaoundé au Cameroun

2003

Exposition avec le collectif Beez’art united artist au cercle municipal de Yaoundé au Cameroun

2002

Exposition collective Beez’art united artist au centre de promotion social de Mbalmayo au Cameroun

 

Copyright © 2014

Creation JL Clergue